Elle a lu La Planète aux vents de folie T.1 de la Romance de Ténébreuse

Categories Du Papiers et des Ecrans0 Comments
La Planète aux vents de folie T.1 de la Romance de Ténébreuse

Un petit peu de lecture!

Grâce à l’article de Madmoizelle, sur « Parler d’écologie autrement en trois romans », je me suis laissée tenter par le premier tome de la Romance de Ténébreuse – « La Planète aux vents de folie » – écrit par la regrettée Marion Zimmer Bradley.

Une histoire d’amour déjà existante

Avant de parler du livre en lui-même, sachez que M.Z. Bradley & Moi avons déjà des antécédents ensemble… Et oui j’ai adoré cette auteur dès que j’ai lu ses « Dames du Lac ». Bon faut dire que le roman commence comme ça « Morgane parle… », alors évidemment que j’allais aimer ! D’ailleurs, bien avant elle, portant le nom de la fée, j’ai été baigné dans les récits des chevaliers de la table ronde depuis toute toute petite. Autant dire que c’était un amour déjà bien acquis.

Mais voilà elle a fait chaviré mon tout jeune coeur de féministe/militante/écolo/… Quand on est ado, on se construit (ah oui ???), et il faut bien l’avouer… Son roman m’a construite, il a dessiné la jeune femme que je suis aujourd’hui — Mais voilà parler de l’influence qu’à eu la Fée Morgane – et les innombrables lectures qui vont avec – sur moi, n’est pas le sujet de cet article.

Je ne suis pas très science-fiction et pourtant…

Oui c’est vrai. En science-fiction, j’ai du lire H2G2 (et encore que le premier tôme), l’incroyable « La nuit des Temps » de René Barjavel, mais c’est tout je crois. Je ne mettrais pas les dystopies dans le lot (ce qui devrait être le cas) qui est un genre que j’adore particulièrement (le merveilleux « Farenheit 451 » notamment…).

Bon autant dire que quand j’ai commencé ce roman, je n’étais pas sous les meilleurs auspices, surtout quand on commence un nouveau genre. Me familiariser avec la grandeur de l’univers, de la galaxie, avec toutes ces histoires d’astronef,… Parfois ça me donne le vertige. Je me souviens avoir eu une frayeur au ventre en lisant le passage sur le soleil de la dite-planète « rouge, déjà plus vieux que notre soleil ». Oui il est vrai, le genre « Science Fiction » me rappelle, à bien des égards, que rien n’est éternel et après j’ai des angoisses (JOIE!).

MAIS, une fois passée les crises de panique, ce roman se lit tout seul, vraiment…

Aucun attachement mais affection globale

Quand je lis des romans j’ai tendance soit à m’approprier un personnage (« ouais elle/il est comme moi, c’est trop génial !), soit à en tomber amoureuse (très classique…). Là je dois avouer, ni l’un, ni l’autre. Tout simplement, je n’ai été proche d’aucun des personnes, mais ça n’a pas gêné ma lecture pour autant. En effet, le récit est tellement fluide que j’ai bien senti que je n’étais que spectateur de ce qu’il se passait. Je n’ai pas été frustrée pour autant, et cela même si la narration est centré autour de l’un des personnages (tiens même lui je m’y suis pas attachée, c’est incroyable!).

 

De la magie mais pas que…

Tout au long du roman on sait qu’il se passe quelque chose, sans comprendre. Que les esprits s’ouvrent, qu’un changement est à venir dans l’inconscient de tout les personnages. Et cette chose est très psychique et liée à leur environnement. Je les ai envié, découvrir toutes ces facultés, c’est à la fois magique et en même temps on a tout le côté très scientifique et calculé de notre civilisation. C’est un roman qui sait rester actuel même s’il se passe à des années lumières de nous.

Un roman féministe dans notre présent

L’histoire laisse entrevoir notre quotidien tel qu’il aurait été s’il y avait eu de vrais changements dans les mœurs. Je parle ici d’égalité, d’une réelle égalité entre les sexes – et pas seulement entre les sexes. Ça parle contraception, carrière, famille, etc. L’une des personnages abordent le fait qu’elles ne souhaitent pas, et très ouvertement, enfanter et être comme elle le dit « un simple réceptacle à la vie », qu’elle ne veut pas de ça. Et c’est accepté, le fait qu’elle ne veuille pas de l’enfant, que les autres ne l’empêchent pas. Mais l’acceptation également des autres femmes à en avoir n’est pas pointé du doigts.

Il s’agit là d’une société, où peu importe son sexe, on fait ses propres choix sans contrainte sociale et sociétale – car dans ce présent-là il n’y a pas existence de ces contraintes.

Tout cela pour dire

Je l’ai dévoré et je me suis jeté sur le tome 2 – bon le choc a été rude car le second tome est totalement de la fantasy (et 2000 ans plus tard) – autant dire que ça fait drôle.

Il m’a renoué avec la Science Fiction, je le recommande à tout le monde et puis il se lit si facilement,

pourquoi s’en priver ?

Digital Designer naviguant entre les mondes. Je ne tiens pas en place, j'aime apprendre. Je couds, je joue, je designe, j'explore, j'écris, je cuisine... Native de banlieue parisienne, j'ai quitté mes cités HLM pour explorer la jolie ville d'Amiens.

Laisser un commentaire