Elle parle du vide émotionnel

Categories Exploration0 Comments

Le samedi 10 Octobre j’ai « fêté » mes 26 ans. Je mets « fêter » entre guillemets parce que c’était juste à chier. Depuis ça ne va juste pas.

Je ne ferais pas un article joyeux et, d’ailleurs, je ne sais pas comment le commencer celui-là. Vous serez prévenu, vous pouvez déjà passer votre chemin.

Voilà, ça ne va juste pas. Je suis vide. [Heureusement tous les aspects de ma vie de pauvre occidentale qui a tout ce qu’elle veut ne sont pas aussi sombres]

Simplement, pour le coup, j’avais peut-être espéré quelque chose pour cet anniversaire. Et ce n’est juste pas arrivé. J’attends encore. On ne sait jamais.

Je crois que ce que j’espère encore c’est qu’ils soient là – pour moi. La famille. Là juste pour moi, ensemble, dans la joie, la bonne humeur. Sans hauteur de ton, sans cri, sans chercher à savoir lequel à raison, lequel parlera le plus fort, sans entendre le sempiternel refrain d’une mère cocue pleurant l’absence d’un mari coureur de jupon, sans subir le silence d’un père qui veut juste pas assumer sa « famille », sans un frère jaloux rappelant sans cesse sa pauvre condition précaire…

Juste entre nous, en famille, pour mon anniversaire, avec un gâteau et le nombre de bougies qu’il faut, quelques blagues, quelques réjouissances, des jeux de sociétés sans parler trop fort, juste naturellement.

Je sais bien qu’il y aura toujours pire en terme de famille – décès, maladie, abandon et j’en passe… – Ce n’est qu’une expérience personnelle, j’en parle comme je la ressent, ouvertement à vous, je me soulage de cette petite douleur lente.

Un jour on m’a dit « tu l’as créera ta famille, elle sera à ton image, à la hauteur de l’amour que tu lui donnera et elle ne leur ressemblera pas. Car c’est cette famille-là qui t’a donné la vie – aujourd’hui tu donneras vie à la tienne avec des fondations solides simplement pour ne pas reproduire ce que tu as déjà vécu. »

Ils m’ont donné les outils pour vivre aujourd’hui, ils m’ont construit ma personnalité, mes opinions, mes expériences, mes convictions. Je ne les blâme pas, je les regrette. Ils sont là, je sais. Et peut-être est-ce cela le plus difficile à accepter, c’est qu’ils soient là et qu’ils laissent faire.

J’ai attendu qu’ils changent, je leur dis de changer, d’évoluer. Pourquoi ne le pourrait-il pas? Je l’ai bien fait, moi, changer!

Ils restent spectateurs, ils attendent. Ils en parlent mais ne font rien.

Je ne suis pas comme ça. Je ne veux pas être spectatrice de notre destruction. Alors je pars.

Ma famille, je vous ai aimé mais je vous quitte.

Digital Designer naviguant entre les mondes. Je ne tiens pas en place, j'aime apprendre. Je couds, je joue, je designe, j'explore, j'écris, je cuisine... Native de banlieue parisienne, j'ai quitté mes cités HLM pour explorer la jolie ville d'Amiens.

Laisser un commentaire